La libre adaptation d'un best-seller

Publié le par Théâtre de l'Aiguillon

L'histoire se situe vers - 450 000 ans avant notre ère. Dans un pays peuplé d'animaux sauvages, une famille de pithécantropes (à mi-chemin entre l'Homo-Erectus et l'Homo-Sapiens) essaye de s'imposer...

 On croise le chef de tribu, Edouard, génial inventeur qui ne peut se résoudre à voir l'espère sub-humaine dominée par la nature : il part chercher le feu sur un volcan, impose des règles de vie en société, dirige une production de silex à la chaine...

 L'oncle Vania, fidèle gardien des traditions millénaires, ne rêve que d'un juste retour à la nature ("back to the trees !").

 Enfin, notre narrateur Ernest. C'est le fils, un artiste rêveur dépassé par les trouvailles de son père. Pourquoi en est-il arrivé à manger son père ? A voir pour comprendre ce dénouement cruel...

Pourquoi j’ai mangé mon père est un joli conte sur la société, la famille, l’éducation et l’éternel débat entre ceux qui veulent faire bouger les choses et ceux qui pensent que "c’était mieux avant". Roy Lewis fait ici de l’anachronisme sa seule loi et revisite avec brio les grands thèmes sociaux : l’éducation, le rôle de la femme ou l’éternel combat entre progressistes et réactionnaires. Il aborde également l’écologie, la famille et pose la question cruciale de la maîtrise du progrès technique par le biais de cette fresque grandiose, hilarante et moderne. Au pire, la mort par le rire, au mieux un divertissement total et entier !

 

 

Publié dans La pièce

Commenter cet article